L’allaitement c’est aussi pour les enfants

Alors pour cet article, je m’attends à recevoir une volée de bois vert. Je comprends, quand on ne sait pas, quand on ne le vit pas, quand on ne côtoie pas d’enfants allaités dans son entourage ça fait bizarre dans notre société française depuis quelques dizaines d’années.

« carrément extrême »

Moi aussi, avant, l’allaitement d’enfant me faisait directement penser à cette scène totalement malsaine de la série Games of Thrones où un enfant de 10 ans, complètement à la masse, téte sa mère folle à lier, dégoûtée par ce caractère incestueux. D’ailleurs je me rappelle, lors du premier mois de Victor, lorsque j’ai appelé pour la première fois une animatrice LLL et qu’elle m’a dit que ses fils avaient tété jusqu’à l’âge de 4-5 ans, là je me suis dit que c’était carrément extrême …

Puis j’ai rencontré ses fils et à ma grande surprise, ils étaient posés, en bonne santé mentale et physique et étaient très autonomes et indépendants. Ils s’étaient sevrés d’eux-mêmes, c’est ce qu’on appelle le sevrage naturel. Mais ce n’était toujours pas pour moi.

Des commentaires agressifs à propos d’une photo d’allaitement d’une blogueuse

Il y a peu, une blogueuse que j’affectionne particulièrement s’en est pris plein la figure pour une photo d’elle alors qu’elle posait plus chastement que 99 % des affiches publicitaires, co-allaitant son nourrisson et son bambin de deux ans. A la lecture de certains commentaires outrés, agressifs, je me suis dit qu’on marchait sur la tête. J’ai aussi compris que cette colère provenait d’incompréhension ou de frustration : « ce ne sont pas les femmes qui allaitent mais les sociétés » n’a jamais été aussi vrai. Et il y a aussi les autres, ceux qui s’en tapent, et c’est tant mieux.

J’ai écrit à cette blogueuse, plaisantant en disant que si je postais une photo de moi allaitant Victor âgé de bientôt 4 ans, ça serait « sanglant ». Toujours aussi posée et sereine, elle m’a répondu que si c’était elle, elle n’aura pas de problème à montrer quelque chose d’aussi naturel.

Montrer  pour faire voir et non pas être vue ; expliquer non pas pour convaincre mais pour faire faire comprendre, donner de l’information simplement. Militer non pas pour imposer la pratique mais sa normalisation, je me suis dit que j’avais finalement aussi quelque part, une responsabilité pour faire banaliser l’allaitement et le sevrage naturel.

L’OMS tire la sonnette d’alarme concernant le taux d’allaitement très bas en occident

Récemment l’OMS a tiré la sonnette d’alarme concernant les taux d’allaitement de plus en bas des bébés occidentaux et a appelé chaque pays à oser investir dans des campagnes d’informations afin de faire baisser les taux de maladies et de décès. Si les bébés occidentaux étaient allaités exclusivement jusqu’à six mois et en complément de la diversification au moins deux ans, ce sont des millions d’euros ou de dollars qui seraient économisés chaque année en soins médicaux.

D’un diktat à un autre : les femmes ne sont plus libres d’allaiter « longtemps »

Attention, je ne dis pas que toutes les femmes devraient allaiter de force hein ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Mais si l’allaitement dit « long » (je préfère dire « non raccourci ») était à nouveau normalisé, mon petit doigt me dit que beaucoup de femmes se permettraient d’allaiter plus longtemps, soutenues par leurs conjoints, leur famille, leur patron aussi. Mais le problème est que, comme on est un peu passé d’un diktat à un autre, il est toujours difficile pour les femmes de pouvoir s’écouter.

J’allaite mon fils de bientôt 4 ans

Alors voilà, je le dis, le coming out le plus ridicule du monde : j’allaite mon fils de bientôt 4 ans !

On allaite pas un petit garçon de quatre ans comme un bébé non plus. Ce n’est plus à la demande, partout, n’importe quand si on en a pas envie, en gros chez nous c’est deux fois cinq minutes sauf pics lorsqu’il est en contact avec un virus ou grosse fatigue.

Alors, c’est vrai qu’il a été verni avec les allergies et que je n’avais pas beaucoup d’autres alternatives mais je voyais aussi le remplacement de mon lait fabriqué d’après son ADN par celui destiné à une autre espèce comme un non sens. Socialement, je m’en suis bien servi des allergies, comme alibi pour qu’on me laisse tranquille. De toutes façons, passé un an, on te juge irrécupérable et plus personne ne dit rien.

Le temps passe et il se développe bien et n’est jamais malade. Je sais que ce n’est pas infaillible mais 4 ans après toujours aucune otite, angine, gastro-entérite, maladie infantile à l’horizon où alors en version atténuée grâce à mes anticorps dixit mon médecin. Pourtant, son papa et moi avons été malades avec lui et il côtoyait toutes semaines d’autres bambins dans les relais parents enfants ou ludothèques.

Il n’a pas la mâchoire déformée par la succion d’une tétine ou d’un pouce et a pu muscler sa mâchoire et former son crâne le plus naturellement possible dixit le dentiste qui nous a dit récemment que ce genre de mâchoire devient de plus en plus rare.

L’enfant acteur de son développement en se sevrant de lui même

Mais surtout il est acteur de son développement et lorsqu’il se sèvrera (car oui tous les enfants se sèvrent d’eux-mêmes, si, si, ne vous inquiétez pas car après la chute des dents de lait, qui portent bien leur noms, l’enfant perd son réflexe de succion) ce sera une grande étape, un cap important. On parle beaucoup des apprentissages autonomes et bien le sevrage naturel en est finalement un. Petit à petit l’enfant réclame moins, puis plus du tout quand il l’a décidé.

Le sevrage naturel se situe entre 2 et 6 ans

Lorsque j’ai effectué des recherches sur les études anthropologiques faites sur l’allaitement, j’ai découvert que, chez tous les hominidés (dont nous faisons partie), le sevrage naturel intervient entre deux et six ans, en moyenne quatre ans. Pas si folle l’animatrice rencontrée en fait.

Moi, je n’ai rien vu venir. Rien n’était prémédité. Chaque mois s’ajoutait à un autre et un jour j’ai arrêté de me poser des questions sur le sujet. J’ai décidé d’avoir confiance en mon enfant qui sait bien ce dont il a besoin. Mon maternage ne suit pas de préceptes idéologiques mais suit la notice qui est sous mes yeux : mon enfant.

Il a mis le temps qui lui était nécessaire pour ne plus s’endormir au sein quand j’étais présente (il s’en passait en mon absence et s’adaptait mais ce n’était pas l’idéal pour lui) et depuis quelques temps le cododo se résume à la dernière partie de nuit et il s’endort seul dans son petit lit. Là, quand tu en arrives là, dans notre société française, tu décroches le passeport pour la « normalité » et l’entourage peu confiant en toi et ton enfant, pousse un « ouf » de soulagement.

Un enfant avec une tétine et un doudou ça ne choque personne !

Alors que tous ces enfants ayant besoin du pouce pour apaiser leur besoin de succion, d’un doudou pour remplacer la présence de la mère rassurante, ça ne gène personne. Tous ces objets créés pour remplacer, en cas d’urgence, la mère sont devenus la norme. Mon expérience de bénévole dans une association de soutien à l’allaitement m’a fait rencontrer des centaines de mères qui souffrent de la pression de l’entourage à se faire remplacer par des objets alors qu’elles n’en ont PAS envie.

Je ne milite pas pour que tous le monde fasse comme moi, je ne glorifie pas celles qui ont pris le même chemin que moi non plus.

J’ai aussi des copines qui n’allaitent pas ou ont allaité moins « longtemps » que moi, on s’en fiche, on ne fait pas un concours ! On se respecte mutuellement dans nos façons de faire parce que l’on est bien avec nos choix. Parfois, elles me posent des questions concernant l’allaitement ou le cododo et j’y réponds de bonnes grâce non pas pour les convaincre, mais pour aider à comprendre, normaliser ce que notre cœur ne devrait plus rejeter (on verrait sûrement moins de paires de seins pour vendre des aspirateurs et des bières aussi d’ailleurs).

Si nous avons survécu des milliers d’années ce n’est pas grâce à « Gallia » hein et ceux qui en boivent survivront aussi.

Je ne veux pas qu’on soit fier de moi ni dégoûté

J’allaite juste mon enfant de quatre ans. Je ne veux pas qu’on soit fier de moi ni dégoûté. J’aimerai juste que l’on se rappelle que c’est normal, que cela est un choix parmi d’autres.

C’est gratuit, bon pour lui. Le problème, c’est justement que ça n’enrichit personne donc niveau communication (vendre un produit gratuit quelle idée !) seuls les mères et les pères peuvent s’y coller.

Pour que les futures générations de blogueuses qui feront aussi ce choix n’aient pas à écrire sur le sujet.

A bientôt et surtout écoutez vous !

Emmanuelle

24 réflexions sur “L’allaitement c’est aussi pour les enfants

  1. Merci beaucoup pour cet article. Tout est tellement vrai… je me pose beaucoup de questions de ce genre… pourquoi sommes nous jugés pour quelque chose de complètement naturel? Pourquoi est ce normal que l’enfant s’attache à un objet plutôt qu’à sa mère ? Aujourd’hui dans notre société on dirait qu’il ne faut pas être trop proche de ses enfants… sait on jamais si on risque quelque chose ! J’allaite ma fille de bientôt deux ans. Je n’ai pas droit à de mauvaises réflexions mais on évite de m’en parler ! C’est parfois difficile d’être vu comme une marginale ou comme quelqu’un qui ne veut pas faire comme tout le monde alors que ce n’est pas du tout ca! Et en même temps le plus important est bien le bien être et l’épanouissement de notre enfant. C’est un grand trésor de voir que ma fille préfère ma présence pour l’apaiser et la consoler plutôt que son doudou!
    En tout cas ravi d’avoir découvert votre blog grâce à famille épanouie !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup 😊 oui c’est parfois difficile ce regard si pesant… Votre petite fille a bien de la chance aussi d’avoir une maman qui, malgré un environnement pas très favorable, continue de s’écouter 😊

      J'aime

  2. Bonsoir merci pour ce belle article si bien résumé est vrai que je vais partager pour qu’on nous comprennent mieux. Je suis l’heureuse maman d’un petit garçon de 4 ans toujours allaité, mon parcours est très complexe. J’ai étais jugé incomprise dès le plus jeune âge car je donné à la demande est autant dire que mon fils est un grand téteur donc ça choque et j’allaitai partout et même debout en marchant. Mon fils à bien évolué mais au fil du temps des particularités m’ont fait consulté m’ont fils est autiste mais au début les professionnelle on accusé mon maternage est mon allaitement d’être responsable de sa différence et pour certains pro ça continue. Mais heureusement maintenant mon fils à un diagnostique et ça aide pour mieux comprendre, pour moi mon maternage mon allaitement à aidé mon fils et à rendu le diagnostique plus difficile car ça ne se voit pas beaucoup mais il parle depuis pas longtemps et ses mots sont juste extraordinaire; ‘maman je t’aime, c’est magnifique, merci bcp, stp, bravo…’ J’affectionne particulièrement votre phrase:’Mon maternage ne suit pas de préceptes idéologiques mais suit la notice qui est sous mes yeux : mon enfant.’ C’est ce que j’ai tjs fait m’écouter mais bien sûr j’ai eu des doutes et j’en ai encore et je me suis demandé si le sevrage naturelle existé chez un enfant différent mais je n’ai trouvé aucun témoignage, mon enfant m’apportera la réponse et il est en bonne voix car il tète bcp moins alors je pense avoir déjà la réponse. Merci à vous d’avoir partager votre expérience, en parler c’est normaliser et pour ça je vous félicite car on a beaux être pro allaitement arriver à un certain âge c’est plus complexe d’en parler mais moi j’ai bien d’autres problème alors je continue d’allaité ou bon me semble si mon enfant a besoin et même si il à 4 ans 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Laura, vous faite un boulot formidable et votre enfant est avant tout un enfant, comme les autres il vous dira quand c’est le bon moment pour lui de mettre fin à ce beau chapitre de votre vie. Vous semblez vous battre et donnez tout ce que vous avez et grâce à vous il peut s’épanouir de la meilleure manière qu’il soit. Il en a de la chance votre petit bonhomme 😘

      J'aime

      1. Bonjour
        Alors moi ce que je ne comprend c’est comment on a pu vous dire que c’est l’allaitement qui a rendu votre fils autiste mais qu’ils aillent aux diables tous!! Mon neveu est autiste et n’a été allaiter que 6 mois donc vous avez bien fait.. soyez toujours épanoui dans ce que vous faites et votre enfant n’en sera que mieux!!

        J'aime

  3. Il est affligeant et désolant de voir à notre époque une maman s’excuser de vouloir apporter á son enfant ce qu’elle juge nécessaire à son bon développement physique et émotionnel et ce quel que soit son choix éducatif. L’allaitement est monnaie courante dans certaine société et se pratique de manière intuitive. C’est à croire que l’évolution socio-culturelle de notre société nous a fait oublier notre empathie, notre compassion, notre tolérance et notre bon sens.

    Aimé par 2 people

  4. Merci pour ce bel article…dur dur d’être dans cette société qui pousse les femmes à allaiter mais pas plus que 6 mois…tant de culpabilité inutile…et si on faisait juste les choses comme on les sentait? C’est quand même dingue, dans notre société si « libre » d’être tant jugé pour des consommations qui sont naturelles, personnelles, normales (et j’ai envie de dire chacun son truc, ça ne devrait regarder personne), mais bien sûr, ça ne « vend » pas, c’est gratuit et ne correspond pas aux normes, donc ça déplaît…

    Aimé par 1 personne

  5. Merci Emmanuelle pour ce beau témoignage dans lequel je me retrouve complètement. J’allaite mon fils de bientôt deux ans sans que cela ait été « prémédité » – j’avais moi aussi quelques préjugés au départ sur l’allaitement dit long, préjugés qui se sont évanouis par la force des choses et la pratique quotidienne d’un allaitement choisi, poursuivi, assumé plus ou moins bien au début après les premiers mois auprès de la (belle-) famille (là aussi les allergies de mon fils ont servi d’alibi plus d’une fois!) et finalement bien vécu sur la longue distance – vivre en Belgique est à cet égard, sans doute plus facile car la pratique m’a l’air un peu plus normalisée qu’en France, mais ce n’est qu’une impression. Au plaisir de lire tes posts toujours à propos!

    Aimé par 1 personne

  6. « Moi aussi, avant, l’allaitement d’enfant me faisait directement penser à cette scène totalement malsaine de la série Games of Thrones où un enfant de 10 ans, complètement à la masse, téte sa mère folle à lier, dégoûtée par ce caractère incestueux.  »

    en fait dans la serie il on vieilli tout les enfants… le petit de lyza arryn a 6 ans en vrais ce qui est parfaitement normal pour un enfant allaité car le sevrage se fait entre 2 et 7 ans

    Aimé par 1 personne

  7. Comme j’adhère ! J’avais justement écrit un article sur le sujet, en expliquant pourquoi j’allaite toujours mon fils de 2 ans, car oui malheureusement, de nos jours en France, on ressent souvent le besoin de se justifier :/ Beaucoup de nos propos se rejoignent complètement, les ressentis aussi : moi non plus je n’avais pas prévu d’allaiter si longtemps, les choses se sont faites d’elles-mêmes, naturellement… Et surtout, je ressens le besoin d’écouter mon fils et ses besoins à lui, tout simplement. Encore merci, je découvre ton blog avec plaisir ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  8. J’ajouterais à mon commentaire précédant un grand bravo, parce que déjà qu’à 2 ans ce n’est pas toujours facile au niveau des remarques, alors à 4 je n’imagine même pas ! Les choses bougeront grâce à des témoignages comme le tiens ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Comme j’adhère ! J’avais justement écrit un article sur le sujet, en expliquant pourquoi j’allaite toujours mon fils de 2 ans, car oui malheureusement, de nos jours en France, on ressent souvent le besoin de se justifier :/ Beaucoup de nos propos se rejoignent complètement, les ressentis aussi : moi non plus je n’avais pas prévu d’allaiter si longtemps, les choses se sont faites d’elles-mêmes, naturellement… Et surtout, je ressens le besoin d’écouter mon fils et ses besoins à lui, tout simplement. Pourquoi lui imposer le sevrage alors que la situation nous convient encore à tous les deux ? Qu’il ressent encore le besoin de téter et que moi j’ai encore plaisir à l’allaiter ? Et pourquoi nous mettre la pression alors que la plupart des enfants de son âge sont encore accrochés à leurs tétines et à leurs doudous ? Et effectivement, ça ne choque personne et personne ne s’en soucie…
    Encore merci, je découvre ton blog avec plaisir ! 🙂

    J'aime

  10. Bonjour,

    Très bien dit, franchement j’allaite mon fils de bientôt deux ans encore à la demande et je me fiche de ce que pensent les gens. Je pense tout comme vous cependant qu’il y a un gros soucis :  » Alors que tous ces enfants ayant besoin du pouce pour apaiser leur besoin de succion, d’un doudou pour remplacer la présence de la mère rassurante, ça ne gène personne. Tous ces objets créés pour remplacer, en cas d’urgence, la mère sont devenus la norme.  » comment peut-on accepter cela ??? Je ne comprends pas, les enfants ne sont pas des robots !! Tout comme mon fils continue à dormir avec nous, je ne vais pas le forcer a dormir dans son propre lit, il me demandera lui même, quand j’étais petite l’heure du dodo était un véritable cauchemar, une angoisse permanente, j’en faisais des hallucinations de monstres tous les soirs, ça a duré des années, quel calvaire ! Je ne veux pas traumatiser mon fils, une mère c’est fait pour être là pour son enfant, sinon on en fait pas. Je n’ai jamais donné de doudou ou tétine à mon fils, il n’est pas orphelin !

    Beaucoup de femmes aussi arrêtent d’allaiter dès le 2nd jour de vie de leur bébé, sous la pression des proches, sous la pression des sages femmes pas toujours formées qui foirent des allaitement. Quand j’ai accouché je voulais coute que coute allaiter. J’appelais les sages femmes toutes les heures pour qu’elles m’aident, mon fils n’arrivait pas a téter le sein droit. J’ai persévéré et aujourd’hui il ne peut plus s’en passer. ça me fait de la peine, cette pression sur les femmes, qui a dit que c t facile d’allaiter ? faut perseverer, c’est plus facile ensuite que de donner un biberon toutes les 3heures !

    Aimé par 1 personne

  11. Merci Emmanuelle pour ce beau témoignage. Oui, allaiter est naturel, c’est gratuit et ça n’enrichit que ceux qui le pratique sans rapporter d’argent… Bref ça ne correspond pas aux normes et aux diktats de la société de consommation…
    J’admire ta capacité à trouver les mots justes pour simplement expliquer… Moi j’ai tendance à me sentir agressée quand on me demande d’un air dégouté jusqu’à quel âge je compte allaiter mon fils (qui n’a que 18 mois!). Je répond souvent sèchement « Je ne sais pas…Jusqu’ à quel âge, on donne le biberon, la tétine et le doudou???…!!!! »

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Anne 🙂 j’ai moi aussi été longtemps sur la défensive face aux remarques tu sais. J’ai du démêler bien des choses en moi pour comprendre pourquoi cela me touchait autant, pourquoi ce que pensaient les autres mêmes de la part d’inconnus me blessait autant. Jusqu’à ce que je comprenne qu’en fait leurs réflexions les renvoyaient à eux mêmes et qu’en fait en parlant de moi ils parlaient d’eux, je tente ainsi depuis de ne plus rien prendre personnellement et répondre si j’ai le temps « vous ça choque ? (…) pourquoi (…) » en fait les bases de la communication non violente en prenant de la hauteur et reformulant ce qu’on me dit. L’interlocuteur se sent compris et entendu et au final s’en fiche de ce que je fais. Souvent ce sont ceux qui nous jugent qui se sentent jugés silencieusement en fait. Cela demande des ressources c’est vrai mais en ne me justifiant plus à chaque fois, ça allège drôlement la vie 😊

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s